Les questions fréquentes sur l'isolation

  • La majorité des déperditions de chaleur se situe au niveau de la toiture et des murs.

    La solution pour rester au chaud l’hiver et au frais l’été est l’isolation thermique des parois, l’isolation de vos combles ou bien de votre toiture.

  • Pour être efficace, une isolation confortable, durable et économe doit réunir de façon indissociable : un isolant performant appliqué de façon continue, une étanchéité à l’air des parois et enfin une ventilation mécanique maîtrisée.

    Les déperditions énergétiquesIsoler les parois du bâtiment avant de renouveler les équipements de chauffage permet de réduire jusqu’à 80% la consommation d’énergie liée au chauffage.
  • L’isolation par l’extérieur permet de supprimer tous les ponts thermiques. Elle est donc plus performante que l’isolation intérieure. L’isolation par l’extérieur permet de garder l’inertie thermique des murs, ce qui pour une résidence principale est important. En outre, les travaux d’isolation extérieure ne nécessitent pas de vider chaque pièce et donc engendrent moins d’inconfort que les travaux d’isolation intérieure.
  • λ = valeur lambda déclarée de la conductivité thermique (W/m.K) propre à un matériau. C’est la quantité de chaleur qui traverse un matériau pour une différence de 1° (K ou C) entre les températures des deux faces séparées par 1 m d’épaisseur. Plus le λ est bas, plus le matériau est isolant.
    R = résistance thermique (m2.K/W) d’un matériau en fonction de l’épaisseur et du lambda de ce matériau. Cela détermine la capacité d’un matériau homogène à empêcher le passage de la chaleur.

    Plus R est élevée, plus le matériau est isolant.

  • > Certificats d’économie d’énergie : la loi oblige les fournisseurs d’énergie (fuel, gaz…) à faire des économies d’énergie. Ces économies sont justifiées sous forme de Certificats d’Economie d’Energie (CEE). Certains de ces fournisseurs proposent de vous aider à réaliser des travaux d’isolation en vous donnant des aides financières en échange de justificatifs de travaux. Ex : 75 m² de ouate de cellulose soufflées = 427,50 € de subventions.
     
    > Crédit d’impôt : vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt jusqu’à 23% en réalisant des travaux d’isolation dans votre habitation principale achevée depuis plus de 2 ans. Ce crédit s’applique à la fourniture et à la pose TTC de systèmes complets d’isolation thermique des parois opaques par un professionnel. Le plafond des dépenses est de 8000€ pour une personne seule et 16000€ pour un couple, majoré de 400€ par personne à charge. (cf l’article 4 B du Code Général des Impôts).
     
    Pour bénéficier du crédit d’impôt, tous les travaux de rénovation visant à améliorer l’isolation de bâtiments existants doivent respecter des valeurs de R minimales ci-contre, spécifiques à chaque type d’ouvrage.
     
    > Et bien d’autres aides telles que TVA à 5,5 %, l’éco-PTZ, l’ANAH, autres subventions régionales et communales.
  • Le rôle de l’isolant est de faire barrage au passage des calories entre l’intérieur et l’extérieur grâce à des matériaux ayant une capacité de conduction la plus faible possible.

  • On entend souvent dire que « le meilleur isolant, c’est l’air ». C’est vrai… à condition de préciser qu’il s’agit de l’air « immobile ». En effet, pour que l’air conserve ses qualités d’isolation, il doit être immobile. Cette immobilité s’obtient en l’enfermant dans des alvéoles les plus petites possible afin de fragmenter et de freiner par friction les mouvements de convection. Un isolant de qualité est donc un matériau de faible densité, comportant un très grand nombre de cellules les plus petites possibles et contenant un maximum d’air. Voilà pourquoi il n’existe pas d’isolants efficaces de faibles épaisseurs.

  • Plus les épaisseurs d’isolants augmentent, plus les déperditions sont réduites. Cependant, le coût de l’installation augmente en fonction de l’épaisseur, il convient donc de trouver le juste équilibre.
    Ce sont les premières dizaines de centimètres d’isolation qui sont les plus utiles, car il subsiste toujours des déperditions, quelque soit les épaisseurs. La réglementation thermique impose des résistances thermiques minimales pour les différentes parois, une consommation énergétique plafonnée, et une perméabilité à l’air du bâtiment maîtrisée.
  • La ouate de cellulose est un excellent isolant thermique et acoustique. Sa fabrication nécessite peu d’énergie primaire.
    Sa légèreté et sa souplesse permettent sa dispersion dans les moindres recoins, éliminant tous risques de ponts thermiques. Ses capacités de déphasage limitent sensiblement les surchauffes d’été. Elle possède une excellente stabilité dimensionnelle, elle ne se tasse pas (densité mise en œuvre suivant avis techniques CSTB). Les sels de bore incorporés, la rendent imputrescible, résistante aux rongeurs et aux termites. Classe de résistance au feu : M1.
  • Naturels et sains, d’une densité variant de 55KG/M3 à 270KG/M3, ils ont des applications multiples, aussi bien en extérieur qu’en intérieur. Dotés de très bonnes caractéristiques isolantes, les panneaux hautes densités en fibres de bois constituent un matériau de grande qualité pour isoler les constructions par l’extérieur. A diffusion ouverte, ils permettent d’évacuer rapidement la vapeur d’eau contenue dans les murs, et ainsi, d’assainir l’air intérieur des habitations.
    La densité apporte également un déphasage thermique intéressant pour le confort d’été. !